Concert de Enhancer à l’Alhambra

Enhancer est un des derniers survivants de la vague frenchcore déclenchée en ce début de décennie. A l’origine, le groupe avait un style hip-hop-metal voir rapcore. Plus tard, le groupe s’orienta dans le commercial avec Electrochoc. J’avais beaucoup apprécié leur set au Garorock 2002 ainsi que celui de l’Elysée Montmartre l’année suivante. Mais celui du Bataclan à l’époque d’Electrochoc m’avais totalement dégoutté et je me suis juré qu’on ne m’y reprendrait plus. C’est donc en pantoufles chez moi que je visionne leur dernier concert à l’Alhambra pour faire cette chronique. Ce qui est pratique, c’est que je peux passer les moments lourds. Par contre côté ambiance, mise à part mes chats qui pogotaient derrière moi, c’était pas encore ça.

C’est devant une salle pleine et imberbe qu’Enhancer défendit son dernier album. D’un point de vue line-up, il n’y a plus qu’un seul guitariste. D’après ce que j’ai lu, c’est le guitariste de Pleymo qui a rejoint le groupe. Le changement s’arrête là. On retrouve toujours les 3 chanteurs. Les nouveaux morceaux sont plus orientés rap-rock avec un côté mélodique beaucoup plus présent. Les chants mélodiques sont des vrais supplices. Autant, pour crier ou tchatcher ils se débrouillent mieux. Ensuite, comme toujours avec eux, il vaut mieux ne pas faire attention aux paroles ultra-clichées. Pourtant, ils se sont (enfin) décidés à aborder des sujets plus sérieux autres que les potes, les sorties et les délires mais c’est tellement naïf qu’on en oublie l’idée principale. Dans les nouveaux titres, je retiendrai Debout, Qu’est ce qu’on va laisser et Rock Game qui ressortent plutôt bien. Le groupe aime bien se choisir des « ennemis ». La dernière fois c’était Kyo. Désormais, ce sera BB Brunes et Tokyo Hotel. Et puis, on sourit quand le chanteur qui n’a pas quitté sa casquette et ses lunettes noires de tout le concert revendique qu’il en « marre des gars qui friment ». Et enfin, on se fruste quand ils annoncent que le rock en France est mort. Je crois qu’ils confondent rock et nu-metal.

Heureusement le jeu de scène est toujours là. Enhancer est avant tout un groupe de scène qui dépote. David est le plus impressionnant. Il m’épate par son énergie, ses sauts de 2 mètres et son endurance. 1h30 de concert. Même pas fatigué. Lors d’une bagarre dans la salle, le gars n’hésitera pas à arrêter le concert et aller dans la fosse calmer les choses. C’est clair que c’est lui le plus représentatif du groupe. Pour cette soirée à Paris, Enhancer a invité pas mal de monde. D’abord Mr Toma sur Debout. Ensuite, une excellente prestation de Neva, très à l’aise dans son rôle de girl power à la YELLE. Il y eu aussi des rapper invités dont je ne connais pas les noms, mais je me rappel surtout qu’il y en avait un qui arrêtait pas de traiter le public de « bandes d’enfoirés ». Sympa. Ils ont alternés entre les nouveaux et les anciens titres (Street Trash, La Pression et le très mauvais Dirty Dancing). Avec un final bien hardcore (Hardcore version Dancefloor, Electrochoc, Hot) couronné d’un braveheart à deux étages. L’un dans la fosse, l’autre sur la scène.

Dire qu’Enhancer a mûri est exagéré. Ils ont grandis, oui. Mais ils restent de grands garnements qui sont dans leur phase « contre-la-société ». Au final, je ne regrette pas d’avoir raté ce concert même si je m’attendais à pire. Ils me font beaucoup penser à Silmarils. Le groupe à spliter au quatrième album. Espérons que le groupe se renouvellera ou reviendra à ses racines et ira plus loin.


Voir aussi :