C'est un peu en trainant des pieds que je vais à ce concert qui annonçait complet depuis plus d'un mois. Deux dates successives prévues au Zenith, et évidement je réserve un jour différent de ceux avec qui je devais aller. C'est donc seul que je vais à cette grosse soirée métal. Le nombre de vendeurs de place à la sauvette me fait vite comprendre que c'est même pas la peine de penser à revendre ma place.

Le public est plutôt jeune et très enthousiaste. A noter, qu'il y a pas mal de filles. Ce qui est plutôt rare pour un concert de métal. Je croise pas mal de kids en t-shirt et bermudas malgré qu'on soit fin-Novembre. Une chose est sûre : ils savent ce qui les attendent, et se sont mis en tenue pour profiter au maximum du concert. J'aime bien cet esprit. D'habitude je suis toujours en première ligne quand il y a des gros pogos assurés. Mais là, je décide de laisser la place à la jeunesse et de profiter des tribunes pour me poser. J'arrive à me trouver une place au quatrième rang pile poil en face de la scène.

Début du premier concert à 19h30. Children Of Bodom débarque sur la scène du Zenith. Je ne connais pas ce groupe et c'est pas du tout le genre de son que j'écoute. Toutefois, ils ont eu un très bon accueil du public malgré que le son fût un peu crade. Je qualifierai leur style de métal extrême chevelu from pays du Nord-Est. La prestation scénique est assurée surtout par le chanteur guitariste qui s'amuse à retourner et balancer sa guitare. Ils ont joué 30 minutes chrono en main.

Changement des instruments et des décors en un temps record et arrivé du deuxième groupe qui est aussi la raison de ma venue ce soir : Machine Head. Un premier titre qui sonne comme un tonnerre dans la salle et qui annonce qu'on est passé à un niveau au dessus. Le son est énorme, une bonne prestation scénique, et un très gros charisme du chanteur. Celui-ci prend le temps de parler et de jouer avec le public. Il entraina le zénith dans un joli circle-pit. Dans les tribunes, beaucoup de gens ont du mal à rester assis. A noter que je devais être le seul à applaudir. Et oui, dans un concert de métal on n'applaudit pas. On lève les bras en faisant les cornes du diable et on gueule comme un demeuré. C'est ça le rock. Pas de chance, le gars devant moi est tout le temps debout pour mimer tous les instruments du groupe. Vraiment, j'ai du mal avec les concerts assis. Pour revenir au concert, ils terminèrent par un terrible Davidian apocalyptique. A propos des titres, je regrette de ne pas avoir révisé mes classiques car je n'ai reconnu que Old, Halo et Davidian. Mais excellent concert tout de même. Je pense même meilleur que celui de Slipknot.

Machine Head - Old :



Pour le dernier concert, je me mets au deuxième rang derrière un gars en béquille. Au moins, je devrais être tranquille pour la soirée. Arrive sur scène, la tête d'affiche de la soirée. Première fois que je vois Slipknot en live et y a pas à dire, Slipknot sait y faire pour les mises en scènes. Une musique d'intro se fait entendre, lever de rideau avec le batteur déguisé en arbre mort, arrivés des musiciens au compte-goutte, le chanteur arrive en dernier, on entend les premières notes de Surfacing, et top départ d'une grosse furie furieuse qui ne s'arrêtera que 1h30 plus tard. Slipknot nous livre un gros show à l'américaine avec un excellent jeu de lumière et un son honnête. J'ai du mal à définir le genre musical du groupe. Je dirai : Nu-Metal qui fleurte avec le death-métal. Le groupe donne une impression de gros bordel scénique, mais on devine bien que tous est calculé à la seconde près. En tout cas, les moyens sont impressionnants : au fond de la scène se trouve une passerelle qui permet aux musiciens de se balader et d'être juste au dessus du batteur, l'un des deux percussionnistes peut à volonté surélever sa plateforme, il dispose aussi d'un écran et de cameras numériques avec lequel il filme la foule. Sur Spit it Out, on eu droit à un très attendu Jump Da Fuck Up. A partir de là, il commence à pleuvoir au dessus de moi. Soit il y a des fuites dans le Zenith, soit c'est la condensation de la salle qui dégouline sur le public. Hum … Bref, c'est ce qui accéléra mon envie de sortir. Je m'échappe sans voir le rappel. Au final, rien à dire sur le jeu de scène qui est époustouflant, mais musicalement j'ai trouvé ça brouillon, braillard, et sans aucune mélodie. Ils me font penser un peu à des vieux groupes comme Iron Maiden ou Marcel et son orchestre qui victime de leur succès, ne sont desormais plus que l'ombre d'eux même.


Slipknot - Before I Forget :



Slipknot - Duality :

3 commentaires:

D'Hell a dit…

<3 Slipknot
concert inoubliable

Arnaud a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Arnaud a dit…

hum... ouais dommage qu'on ait pas pu s'y retrouver... moi j'y suis allé avec mes potes (plus "old-school" on était là pour COB mais surtout pour Machine-Head) et mon frère, qui lui, (10 ans de moins oblige) est un gros fan de Slipknot (il s'était d'ailleurs fait un masque pour l'occase!). Je suis d'accord avec tes commentaires, pour le son de COB (ça fait chier paske pas entendre la guitare et la voix pour ce style ça craint) et pour le jeu scénique de Slip. Côté musique, je suis fan de leurs 2 derniers albums, car il y a des solos, mais là ils ont fait bcp des 1ers... Mais du coup, tu as loupé "l'effet batterie"!!!! là ça m'a bien scotché, c t impressionnant... Mais la grosse claque pour moi reste qd meme Machine Head, car je les ai découverts il y a 15 ans avec leurs 2 1ers albums, j'avais un peu lâché l'affaire et repris sur le dernier et... putain ça me parle tjs ce qu'ils font...