Les jours de la Miroiterie sont comptés. Du coup on se motive d’autant plus quand un concert à la programmation acceptable est prévu dans ce lieu. Sur le flyer, le début des festivités est annoncé très tôt à 18h, sûrement par soucis d’éviter les nuisances sonores tardives. En tout cas, horaire impossible à respecter et ce sera sur les 20h que j’arriverai sur place. Et ce soir, c’est une Maroquinerie pleine à craquer que l’on trouvera.

Justin(e) commence tout juste son set. On peine à rentrer dans la salle tant il y a du monde. A l’intérieur, la chaleur y est tropicale. Les fauves sont lâchés dans la fosse et l’odeur en est conséquente. Grosse patate des Justin(e) qui sont totalement déchaînés sur scène. Le groupe balance sans pause ses tubes et ses reprises que beaucoup connaissent dans la salle. Leur brin de folie se propage et ça transpire autant sur la scène que dans la salle. En plus de faire des bons titres punk-rock dans la veine Guerilla Poubelle, les Justin(e) ont assuré une prestation scénique pleine d’énergie qui a convaincue sans mal l’assistance.

Fin du show. On s’empresse de sortir pour respirer, faire la vidange et le plein. Le public est composé en majorités de kids, mais aussi de quelques routards présents par habitudes et d’autres, curieux de découvrir le potentiel de la nouvelle scène punk.



Retour dans le sauna, pour voir la tête d’affiche et essayer d’être pas trop mal placé. Ce sera la seconde date des P.O. Box à la Miroiterie en moins de 6 mois. Comme l’a si bien dit le chanteur de P.O. Box : « Vaut mieux pas penser à la grippe A ce soir ». La salle est de nouveau bondée et on est vite les uns sur les autres à se mélanger nos fluides. Sans compter que les murs sont pleins de sueurs. Miam Miam. Les gars de P.O. Box ont l’air décontracté et bien content d’être là. Des pogos apparaissent lors du réglage des balances. Ca promet pour la suite. Une entrée en matière avec I Refuse All Qualms suivis d’autres morceaux du dernier album. Les cuivres sont un peu forts mais ça n’a pas l’air de soucier le public qui part à tout va. Mais se seront surtout les anciens morceaux comme Look What You Have Done qui allumeront vraiment le feu. Les lorrains offrent un set beaucoup moins bordélique que leur prédécesseur. Le groupe met en avant les titres de leur dernier album. Pas mal de fans connaissent les paroles par cœur, y compris sur les nouveaux morceaux. On notera Death Promises Me A Better Place, Awakening The World's Conscience, Mesmerize The Masses, God Blasts America, Music Has Taken A Backseat To Haircuts. On passe par différents styles : ska-punk à la cach22, punk-rock pur jus ou reggae à la californienne. Les cuivres restent présents sur tous les styles et le groupe sait s’imposer sur scène. Le show se termine sur Make up au bout de 45 min. Un peu de rab n’aurait pas été refus, mais vu la fournaise de la salle tout le monde sort sans demander son reste. Enfin, ça aura quand même fait plaisir de voir autant de monde et d’enthousiasme pour des petits groupes indépendants qui le méritent.





Voir aussi :