Après m’être rendu compte que je ne peux plus retirer un centime avec ma carte bancaire et m’être fait vider ma fiole de vodka par le videur, je finis par rentrer au Nouveau Casino avec juste de quoi me payer le vestiaire. Pas d’alcool ce soir. Misère … La salle est pleine à craquer et j’ai juste le temps d’apercevoir le dernier morceau des québécois de Mononc’Serge & Anonymus. J’ai pas vu grand-chose de leur set, mais je peux dire que le public avait l’air très enthousiaste et en redemandait.

Le groupe suivant est Banane Metalik. Avec un nom comme celui-là, je ne savais pas trop ce qui allé arriver sur scène (des gars déguisés en banane ???) et je m’attendais au pire. Et en effet, se seront une bande de zombies psychos tout droit sortit d’un road movie de Rob Zombie qui investiront la scène. Quand on regarde la définition de Psychobilly dans wikipedia on peut lire : Le genre se caractérise par des références appuyées aux films d'horreur et d'exploitation, à la violence, à une sexualité débridée et d'autres sujets généralement considérés comme tabous, présentés avec humour et empreints d'auto-dérision. Cette phrase résume bien le concert. Musique ultra-violente, hémoglobine à gogo sur la scène, figurants mimant des scènes sado-masochistes, … Des rockab et des psychos ont débarqués dans la fosse et ont entrainés des monstrueux pogos trop grands pour la petite salle du Nouveau Casino. Le rythme est très rapide et le groupe ne laisse aucun temps mort au public qui finit par n'arriver plus à suivre.



Tagada Jones assurant la tête d'affiche de la soirée ne nous a pas déçu. Ces gars sont bons. Après le départ du second chanteur il y a deux ans, on pouvait se poser la question sur la durée de vie du groupe. Mais il n'en sera rien. Tagada Jones laisse tomber les influences hardcore et electro pour s'orienter vers du punk metal pur et dur. Le set était puissant et carré. La troupe du charismatique Niko avec sa voix inimitable a conquis sans mal la salle du Nouveau Casino avec les titres incontournables comme Je veux te voir à genoux, Pavillon Noir, Combien De Temps Encore, Manipulé, Cargo, Thérapie, Cauchemar, Ecowar et Le Feu Aux Poudres. Et les nouveaux titres comme Camisole, La Solution, Une fois de trop, D.I.Y et A force de courir sont bien accueillis par le public. En rappel, le groupe fera un petit hommage aux ainés avec Jouer avec le feu (les Shérifs) et Quelle sacré revanche (OTH). Enfin ils termineront avec un bon medley de leur vieux titres laissant une salle anéantie.





Voir aussi :