Petit passage à Strasbourg, et j’en profite pour allé faire un tour au festival Lez’arts Scéniques de Selestat, beau petit village du fin fonds de l’Alsace. Une programmation à première vue assez musclée et virile. Je ne connais pas trop les groupes mais ça me semble intéressant. Les concerts se situent dans un genre de salle des fêtes, et le reste du festival (bar, stands, expos …) se trouvent autour. La faune est assez étrange. Beaucoup de punks. Ça va du punk ados en plein crise d’identité au vrai gros punk couvert de percing et de tatouages et qui a bien vécu. Pas mal de T-shirts noirs avec des têtes de morts et des noms de groupe dont je n’ai jamais entendu parlé. Un public en grande majorité masculin et pas mal d’allemands aussi. J’arrive au milieu du concert de Chapel Hill, country rock assez sombre. Je ne m’attarde pas trop...

Les Real McKenzies arrivent sur scène, portant le kilt, joyeux et décontractés en faisant des plaisanteries entre eux ou avec le public. Sur scène ils sont 6 : cornemuse, chant, 2 guitares, basse et batterie. Leur punk celtique, mélange de musique traditionnelle celtique et de punk rock déclenche les premiers pogos de la journée. Je croise dès la deuxième chanson, des gars au nez pissant le sang ou à l’œil explosé. On pense à Dropkick Murphy’s mais au bout d’un moment on a quand même un sentiment que c’est toujours la même chose. Cela dit, ça reste un groupe sympathique qui se donne à fond sur scène.

The Real McEnzies - The Night the Lights Went Out :


Pour Pigalle, je m’attendais a un concert plus tranquille où je pourrais me mettre proche de la barrière pour prendre des petites vidéos dignes de ce nom. Il n’en était rien. Beaucoup de fans étaient là, et ont crées des pogos monstrueux dès le début du concert. L’imposant François Hadji-Lazaro avec son charisme et sa troupe ont bien foutu le feu avec leurs chansons rock et punk. L’ex Garçon-Boucher change d’instrument à chaque chanson : vièle, cornemuse, accordéon, guitare, violon, banjo … Il est accompagné d’ancien garçons bouchers et autres acolytes. On passe de la chanson punk, au celtique, en passant par le ska, le reggae ou la valse. Le chanteur raconte une petite histoire avant chaque morceau pour mettre le spectateur dans l’ambiance et pour qu'il apprécie les paroles. Dans l’ensemble les chansons étaient assez calmes, mais ça n’a pas empêché le public de se déchaîner dans des pogos énormes. Ils ont joué, entre autres : La Banquise, Marie la Rouquine, Les lettres de l’autoroute, l’Eboueur, le Chaland, Sophie de Nantes, Rascal et Ronan, La Patate et Faudrait jeter les vieux, titres sortit du tiroir des Garçons Bouchers.

Pigale - Les Vieux :


Vient le tour de The Reverend Horton Heat avec son mélange de punk, de rockabilly et de country. Le groupe est composé seulement de 3 membres : le chanteur guitariste, le contrebassiste et le batteur. Le groupe a fait du chemin et existe depuis plus de vingt ans. Dans la fosse, une variété de punks (rockab) que je ne connaissais pas, fait son apparition. Des gars au style vestimentaire rock’n roll tout droit sortis de Cry-Baby (film avec Johnny Deep). Coupe de cheveux rasé sur les côtés avec, soit une sorte de banane, soit les cheveux longs ramenés en arrière, et en général pas mal de tatouages. Je voulais faire un petit tour dans la fosse pour ce concert là, mais je me suis vite ravisé quand j’ai vu la violence des pogos que généraient ces gars là. Coups de poing et coups de coude étaient de rigueur. Sinon, côté scène, le concert était correct. Je ne connaissais pas du tout ce groupe. Certes, le jeux de scène était un peu statique, mais la musique était assez entraînante et une bonne maîtrise des instruments. Le chanteur fait un peu penser à Johnny Cash faisant du punk. Toutefois, le jeux de lumières rouge et obscures, le nom et le style du groupe, les chansons sombres et les gars qui se foutent sur la gueule devant la scène dégagent une atmosphère particulière que je jugerai un peu malsaine à mon goût.

The Reverend Horton Heat :



Dans un style plus léger, arrive les Toy Dolls. Ne connaissant pas grand chose du groupe, seulement qu’il existe depuis près de 30 ans, je m’attendais à une bande de vieux punks croûlant, jouant uniquement pour pouvoir payer la retraite (je pense aux Sex Pistols). Et j’ai donc était assez surpris quand j’ai vu les 3 compères arrivés en courant sur la scène avec leur lunette style futuroscope. Le groupe à la pêche sur scène. Le guitariste et le bassiste sautent et courent dans tous les sens. Ils enchaînent aussi bien les jeux de scène que les titres de punk fun et débridés. Le chanteur guitariste avec sa drôle de voix de canard, n’arrête pas de sortir des blagues débiles. On a droit au strip-tease des musiciens, une énorme bouteille de champagne gonflable jetant des confettis, un déguisement de Elvis, de diable, des reprises de Pink Panther, de Wipeout et de Oh When the Saints en version punk. 1h15 de concert à fond et sans répits. Dans la fosse, dès le début c’est l’effervescence. Les pogos sont plus abordables mais d’autant plus énormes. Il fait très chaud dans la salle. Beaucoup de monde sont torse nus et la sueur coule. Un concert à cent à l’heure.


The Toy Dolls - Wipeout (punk cover) :



Avant dernier groupe et aussi tête d’affiche de la soirée, le groupe Apocalyptica débarque sur la scène de Sélestat. Les punks sortent pour compter leurs bleus et laissent place aux gothiques qui font leur apparition et qui s’empressent de se coller à la barrière de sécurité. Le public est plus jeune et plus féminin. Le groupe décore la scène d’énormes têtes de morts en cartons. Chaque tête correspondant à l’emplacement de chaque violoncelliste. Le groupe finlandais est composé de quatre violoncellistes et d’un batteur. Je suis vraiment impressionné par le son qu’arrive à produire le groupe avec leur instrument. Ils font le même son qu’un groupe de heavy métal de métal classique. De plus, ils ont un excellent jeux de scène. De ce que j’ai vu, ils ont fait des reprises de Sepultura et Metallica. Je ne reste pas. Ce n’est pas mon genre de musique, même si la prestation du groupe etait excellente.

3 commentaires:

Rachel a dit…

J'aime bien Apocalyptica. Ils ne font pas que des reprises, normalement.

Cy a dit…

Merci pour les videos des concerts!

Le morceau des toy dolls mis sur dailymotion n'est pas great ball of fire mais wipeout des surfaris.
Le deguisement de policier, c'est plutot le deguisement d'elvis.

Et par contre c'est un peu nimporte quoi la description des rockab et des psycho comme sortis d'american history X... Ambiance malsaine devant le reverend c'est un peu poussif je trouve!

nologo a dit…

Merci Cy pour les infos. Je ne connaisais pas la communauté des rockab. J'ai remis à jour le post et enlever le terme "American History X" pour ne pas froisser d'autres personnes. N'empèche que les gars se foutaient sévère sur la gueule et ça depassait de loin le petit pogo amical.