Une salle pleine à craquer de tous les rebus de Paris. Autant de skinheads que de keupons aux crêtes démesurées dù surement à une programmation hétéroclite. Mais ce mélange de communauté est venu en partit pour le même groupe : The Adicts. 35 ans au compteur. Le groupe arbore un look puisé dans les héros de Orange Mécanique. Le chanteur grimé en mime style Alex n'aura pas à faire grand chose pour enflammer la salle. Dès le premier riff de guitare, la chaos se déclenche dans la salle. L'aire est moite et fétide. Les pogos puent la bière et les embrouilles. Toutefois, c'est assez satisfaisant de voir certains punks se faire rembarrer par les skins qui ont en marre de se faire piquer/griffer par les pointes de leurs blousons. Bref ça part dans tous les sens et il faut être inconscient (ou bien chargé) pour s'aventurer dans la fosse. Du concert je retiendrai pas grand chose à part les tubes comme Viva Revolution ou Chinese Takeaway, et les cotillons envoyés régulièrement par le chanteur comme s'il cherchait à cacher un show moyen en manque de souffle. Vivement les Toy Dolls samedi !



Voir aussi :