Un RER D en rade. Des bouchons monstrueux sur l’A86. Non, décidément ce n’est même pas la peine d’imaginer une toute petite chance de voir Shaka Ponk à 19h à Choisy-le-Roi pour le Festival de Marne. Mais quelle idée aussi de les programmer aussi tôt à 30 bornes de Paris un vendredi soir ? Je vous le demande ! Mais bon, finalement cette incompatibilité d’horaires m’arrange car je peux prendre tout mon temps pour venir sur le site.

Arrivé à 21h sans stress ni sueur. A peine sortit de la voiture que l’on m’aborde pour savoir si je n’ai pas une place à vendre. C’est pas bon du tout ! Je veux dire, pour moi pas de soucis. Mais pour les potes qui sont moins prévoyant c’est une autre histoire. Finalement, après une tactique peu avouable (dont nous garderons le secret) nous arrivons finalement à rentrer sur le festival. Tels de bons festivaliers nous nous dirigeons droit vers la buvette surpeuplée. Autour d’une dizaine de bières valeureusement récupérées dans la cohue du bar, nous écoutons en fond les mix de Chinese Man balançant ses tubes, suivit de Beat Torrent. Entre temps on retrouve d’autres compagnons qui étaient aussi en galère de billets à l’entrée et nous échangeons nos méthodes respectives d’infiltration sur le festival. Entre escalades de barrière, bobards énormes ou le fait de se faufiler entre les videurs en toute discrétion, les anecdotes sont très drôles à écouter.

Mais c’est pas tout ça, mais le concert des stars de la soirée, Le Peuple de l’Herbe, va commencer. On se faufile dans le grand chapiteau pour profiter du show. Le show est carré et ultra dansant. JC 001 et Sir Jean sont de la partie. Les deux Mcs sont désormais indissociables du groupe. Un concert du PH sans eux n'aurait plus de sens. A notre grand bonheur, le groupe joue les titres de son futur nouvel album. Des nouveaux morceaux intéressant dans la continuité de Radio Blood Money (hip-hop/electro/acid-jazz) avec parfois des passages très rock. Certains morceaux sortent clairement du lot. Peut-être les prochains tubes ? Bien sûr les classiques ne sont pas oubliées : History Goes, The Mission, Ph Theme, No Escape, Plastic People et même Romantic ("amour tu me dois les plus beaux jours de ma vie") qui n'avait pas été joué en live depuis très longtemps. Le Peuple de l'Herbe maîtrise la scène et n'a rien perdu de son énergie au fil des années. Dans la salle ça danse, ça saute, ça slam. On a de la place et c'est bien plaisant. Ils terminent avec un court rappel comportant l'incontournable Herbman Skank au grand bonheur de la foule. On restera quand même un peu sur sa faim. Faute surement à un set trop court avec pas assez de morceaux rentre-dedans. Mais le timing est serré et le festival doit fermé ses portes. En tout cas le prochain album semble prometteur et on attend avec impatience la prochaine date au Nouveau Casino en Novembre.





Voir aussi :