Après 4h de sommeil, nous voilà de retour pour la seconde journée du Chien à Plumes. Visiblement un bel orage est passé car la boue fait sa grande entrée dans le festival. Mais bon un festival sans pluie, n’est pas un vrai festival.

J’arrive à la fin du set de Anaïs et il y a déjà beaucoup de monde. Elle terminera par ses deux singles Peut être une angine et la reprise de Higway To Hell combiné à Mon Cœur mon amour. Direction la petite scène pour voir la suite du programme et là, grosse claque. Décidément, le chien à plumes a le truc pour trouver les nouveaux talents. Le groupe s’appelle Lyre Le Temps. Il est composé de deux Dj et d’un chanteur. Le trio partage son amour pour le jazz et la soul à base d’électro et de hip-hop. Mais c’est surtout au chanteur, véritable pile électrique à la voix cassée et au pas de danse inventif qu’il faudra lever son chapeau. On pense à Caravan Palace sur certains morceaux, à Beat Assaillant sur d’autres ou on passe par du gros drum’n bass sur un sampler jazz. Un groupe qui a vraiment du talent et qu’il va falloir surveiller de près pour la suite.



C’est au tour de Babylon Circus de prendre le relais sur la grande scène. Je ne vais pas en mettre des tonnes vu que j’ai déjà fait une chronique complète lors de leurs passage à Paris et que le show était pratiquement le même. Mais comme toujours c’est un véritable bonheur de voir cette sympathique troupe sur scène.
Titres joués : Perdu, L'envol, J'aurai bien voulu, Le Fils Caché du Pape, Marion Nous au Soleil, Des fois, Sur la Tête, La Cigarette, Nina, De la musique et du bruit, La caravane, Not so funny, Fire burn, A l'humeur de mèche...



On retourne voir les Lyre Le Temps sur la petite scène. Toujours aussi bons. Et vient le tour des furieux des Wampas sur la grande scène. Après leur show décapant à Solidays qui dépassait tout ce qu’on avait déjà pu voir, il était difficile de faire mieux. Ce soir Didier a fait son Wampas "sobrement" si j’ose dire : slams, solo de guitare sur le public, micro dans le slip, chaise, escalade d’amplis et j’en passe … On espère que le punk fan de disco continuera longtemps à nous faire plaisir avec ses show totalement barrés.
Titres joués : Comme un punk en hiver, L'aquarium tactile, Un dimanche à Strasbourg, C'est l'amour, Trop précieux, I Hate Switzerland, Rimini, Manu Chao, Rising, L'éternel, Yeah Yeah !, Ne dis pas aux copains, Elle est où ma loge, Les bottes rouges, Comme un ange, La plus belle chanson d'amour, Nevers était si bleu, L'idole des punks, Oï, Ce soir, c'est Noël, Kiss, Où sont les femmes ?/Petite fille, Les Wampas sont la preuve que Dieu existe.





Bilan de cette seconde journée : du froid et de la gadoue, du festif, du keupon, un public toujours taré et gros coup de cœur au groupe découverte Lyre Le Temps qui a su nous faire aimer le jazz. Il ne me reste plus qu’à compter mes bleus en me mettant un album de Ray Charles.

Voir aussi :