En cette période de grand froid et de pénurie de concert, il faut ratisser plus large pour trouver des bons plans sur Paris. Et c’est dans le fin fond du 95, que la perle rare se trouve. Le Forum de Vauréal - petite salle réputée pour sa bonne programmation - fête ses 15 ans d’existence et organise un concert gratuit pour ouvrir la saison 2009. C’est le groupe Béèleska (première date en Île-de-France) qui assura le set.

J’arrive un peu après 21h et le show vient juste de commencer. En plus d’un concert gratuit, l’association offre un verre de sangria à chaque visiteur. Ils font bien les choses à Vauréal. La salle est bien remplie mais pas pleine. La faune est peuplée en grande majorité de kids style lycéens ainsi que des curieux. J'aperçois quelques T-shirt du groupe.

Béèleska en live, ça pulse. Le groupe est composé de 9 membres (chant/accordéon, guitare, basse, batterie, samples, saxos, trompette et trombone). Le style est proche d’un Marcel et son orchestre qui en plus du ska-rock, passe par les sentiers du rap, du ragga, de la fusion métal et de la valse. Bref, un gros joyeux mélange de fusion festive et déjantée. Chaque musicien participe au jeu de scène ultra-dynamique du groupe dans une ambiance décontractée et sympathique. Le show est en majeur parti assuré par le chanteur armé d’un accordéon ou d’une guitare. Celui-ci saute dans tous les sens et dégage une énorme énergie. Il tombera la chemise au bout du quatrième morceau. Il est épaulé par le tromboniste coiffé d’un masque de catcheur, assurant un chant style grave et hardcore. Les deux compères n’hésitant pas à descendre de la scène pour aller se balader dans le public. Bien que la salle soit plutôt bien remplie, que l’ambiance soit bon-enfant et que des gros pogos se forment régulièrement, la salle reste dispersée et le public en retrait. Celui-ci a mis du temps à se chauffer. Et quand il se sentait enfin à l’aise, le concert se terminait. Dommage. Quelques morceaux de plus aurait était le bienvenu. Mais on ne leur en voudra pas. Le concert se résuma à près d’ 1h30 d’énergie débordante et de blagues plus ou moins réussies. Par son jeu de scène, Béèleska vaut le coup d’œil.


Aspirine :



Ethnicolor :



Voir aussi :