Manu Chao à Bercy 11/06/08


Que dire d'un tel concert ??? Les mots me manquent... Il n'y en a pas pour définir cette soirée. Surement l'un de mes meilleurs concerts depuis longtemps. L'année dernière à Budapest, c'était déjà énorme. Mais j'étais loin de m'imaginer que j'avais seulement vu un échantillon de ce que Manu Chao nous préparait à son retour en France.

Manu Chao et son groupe Radio Bemba ont tout simplement foutu le feu à Bercy devant près de 17000 fans à genoux. Ce mec est complètement dingue. Il ne s'arrête jamais. On pense que c'est fini. Et non. C'est reparti de plus belle ! Et il ne fait pas semblant. La plupart des morceaux sont boostés à la sauce punk ou ska. Des fois il part sur une petite balade tranquille, qui est immédiatement suivie ou interrompue par un son bien rock et bien rapide. Le but du jeu évident étant de surprendre un maximum le public et ne pas lui laissé le temps de se reposer. Manu Chao s'est fait plaisir, il joue aux legos avec son énorme répertoire. Il mélange les morceaux. Il fait du bootleg. Il passe du punk au reggae ou de la salsa au rock avec une aisance déconcertante.

Un concert de près de 3h30 avec pratiquement aucune pause. Autant dire qu'il fallait une bonne condition physique pour survivre dans une fosse bouillante. On savoure les petits instants où le personnel de la sécurité arrose la fosse. Ça permet d'avoir un petit peu de fraîcheur. J'ai eu vraiment beaucoup de mal à faire des vidéos de chanson entière tant les pogos étaient soutenus. Des chansons, il en a fait un paquet ce soir : du big bordel monstrueux sur Radio Remba, Rainin in Paradize, Tumba, Makina et Mala Vida, aux périodes plus calmes permettant de vérifier qu'on est toujours entier comme Clandestino, La Primavera et Mihna Galera, ou aux morceaux plus latinos comme Desaparecido, Rumba de Barcelona et La Despedida, ou encore au mythique Sidi H'Bibi qui déclenche une apothéose dans la salle. On a droit à tous les styles. Les fans de la Mano Negra sont aux anges ainsi que ceux de la période Clandestino ou ceux qui ont redécouvert Manu Chao sur son dernier album. Sur le dernier rappel (il y a du en avoir 5 ou 6), le groupe a joué des titres de l'album Sibérie m'était contée, annonçant enfin une période plus tranquille avec Helno est mort ou J'ai besoin de la lune. Enfin, pour le final, un bootleg super sympa de Oscar Tramor avec Pinocchio finit de tous nous achever.

Le concert se termine. Je dois remettre mon t-shirt trempe de sueur et revenir à la réalité. Je suis complètement vidé. Je ne sais plus parler, j'ai la gorge en feu, les pieds en sang et je ne compte plus mes bleus. Mais je suis plus que comblé par cette soirée magique et pleine de surprises. Merci infiniment.

Machine Gun :




Dia Luna Dia Pena :




Desaparecido :




Si Me Das A Elegir :