C'est dans le cadre du festival Courts dans l'Herbe que je suis allé voir la Kinky Beat faire son unique concert en France. L'objectif principal du festival est de promouvoir des courts-métrages diversifiés au public. Des concerts, expositions, arts de rue et théâtres sont aussi proposés. C'est l'association Courts dans l'herbe qui organise ce festival chaque année à Saint-Maur-des-Fossés, une petite ville dans le Val-de-Marne. Ce festival gratuit et en plein air m'a donné une impression de fête aux villages ou kermesse de fin d'années du fait qu'il y a beaucoup d'enfants et de famille. Je suis très friand de ce genre de festival qui défendent la culture autre que celle de la sur-médiatisation. Toutefois je suis venu uniquement pour le concert de la Kinky Beat. Mais pourquoi une seule date en France et dans ce type de festival ?
La Kinky Beat, groupe de Barcelone offre une fusion de reggae, rock, ska et jungle. Le groupe est composé de 2 chanteurs, un guitariste, un bassiste et 2 percussionnistes. Pas de batteur. Les deux percussionnistes disposent chacun d'une grosse caisse en hauteur. Le concert commence devant un public un peu éparpillé et un peu timide. Mais le côté festif et dansant de la musique ainsi que la bonne prestation scénique attire de plus en plus de gens devant la scène. Le son est tout de même excessivement fort et je suis un peu inquiet quand je vois les enfants jouer devant les monstrueuses enceintes. La chanteuse bouge bien et les percussionnistes n'arrêtent pas de sauter derrière leur instruments. Les musiciens relancent régulièrement le public qui au fur et à mesure des titres répond de plus en plus fort. La foule est complètement sous le charme et beaucoup dansent. Des pogos de plus en plus virulent commencent à se former et quelques slamer font leur apparition. Visiblement, le groupe était eux aussi très content de la tournure du concert.
La Kinky Beat a surtout fait la promo de son dernier album avec des titres tels que Citizens, Itaka Berino, Addicted, La llama, How do you feel, Karate Beat ou Bongo Crazy. Et a bien sûr fait ceux des deux anciens albums : Rebel Smile, Pirata, Black Panther, Lo llevas claro, Kinky Jungle, Give Me et Big Drummer. Enfin, un rappel terrible avec Maria Maria, All Access et No es lo mismo.
Excellent concert, et très bon festival. J'espère que l'année prochaine je ne viendrai pas que pour un seul groupe.


Bongo Crazy :




No es lo mismo :