Solidays 2008 Day 1

Après 1h30 d'attente en plein soleil, nous parvenons enfin à rentrer sur le site du Solidays. Première constatation : la géographie du site à changé par rapport aux année précédentes. Du coup, on a plus nos repères et on est un peu perdu. Deuxième constatation : le prix des bières et de la nourriture a, je trouve, fortement augmenté. De plus, leur système de gobelet est certes écologique, mais après il faut trimbaler son gobelet pendant tout le concert.
Nous finissons par trouver le concert de Jim Murple Memorial sur la scène Domino. Jim Murple Memorial, nous a offert un set agréable et chaleureux. Depuis plus de 10 ans le groupe n'a pas changé son style et continue de jouer son rhythm and blues rocksteady swing entraînant qui fait vite danser tout le chapiteau. Le timbre de la chanteuse fait penser à celui des chanteuses noires à l'époque d'or de la Nouvelle Orleans. Elle n'hésite pas à parler et plaisanter avec le public. Le concert fut festif, joyeux et convivial. Bon petit concert, pour commencer la journée.
Il y a déjà beaucoup de monde. D'habitude le Vendredi, c'est pas trop bondé et on peut aisément être bien placé pour les concerts. Mais cette année, je trouve que pour un Vendredi c'est déjà bien peuplé. Il va falloir réfléchir stratégiquement pour la journée. A Solidays, c'est comme ça. Avec l'énorme affluence de visiteurs que le festival accueille, on est souvent obligé de se poser devant la scène 30 minutes avant le début du concert, quitte à sacrifier d'autres concerts.
J'aperçois en passant des musiciens déguisés en squelette au concert de The Hoosiers sur la scène Paris. Je ne connais pas du tout, mais je pense que le groupe aime bien déconné. Musicalement, je dirais de la pop tintée d'électro. Le concert a l'air vraiment sympa mais je ne m'attarde pas.
J'assiste de loin au début du concert de Dub Inc. sur la grande scène Bagatelle. Comme d'hab, nos amis de Saint-Etienne sont toujours aussi efficace sur scène avec leur reggae ragga. Dés la première chanson, ils font sauter tout le public et le conquiert très vite. Je ne m'attarde pas trop, le concert de Moriarty va bientôt commencer.



On arrive pour Moriarty sur la scène Domino. Le groupe est composé de 6 membres : la chanteuse, deux guitaristes, une contrebasse, une batterie et un harmonica. Dès les premières notes, la country folk du groupe enchante le public et l'entraîne dans une ambiance intimiste. Le charisme et la voix de la chanteuse impressionne. Mais Moriarty se n'est pas seulement la chanteuse. Les musiciens se déchainent sur scène et aucun ne reste dans l'ombre. Chaque musicien impose son style. Les petites touches d'humour décalé rajoute encore plus de charme au concert. Private Lily et Jimmy seront repris en chœurs par un public enthousiaste. Très beau concert.



Puis vient le concert des petits nouveaux de Vampire Weekend. Le style vestimentaire (chemise bien propre rentrée dans le jeans, petit gilet noué sur les épaules, veste en jeans) et les coiffures me font penser aux Musclés de Dorothée ou encore au groupe de la sitcom Hélène et les garçons. Bref, ils donnent l'apparence d'un groupe de fils de riches qui le revendique. Ils font une sorte de pop nu-wave légère qui sur certain morceaux fait penser a du classique au piano accompagné d'une batterie style tam-tam. Le groupe est composé d'un chanteur guitariste, un bassiste, un batteur et un membre au clavier. La voix du chanteur rappel celle de Starsailor. Il y eu un gros mouvement de foule pour le tube A-Punk. Un concert dans l'ensemble assez festif et plaisant à écouter.